La République du Centre, Le Sullias 30. Mai 2005

 

Une exposition sur l'histoire des donjons
 prend d'assaut le château de Sully


Au cœur de cette expo, une maquette monumentale du château de Coucy.

 Panneaux, plans, gravures, photos, il a fallu cinq jours pour tout mettre en place

 

Jusqu'au 30 novembre, le château de Sully-sur-Loire, propriété du conseil général du Loiret, propose une trés interessante exposition sur l'histoire des donjons français du XIe au XIVe siècle. C'est mardi soir, à l'occasion de son inauguration que, devant une centaine de convives prèsents pour la circonstance, Marie-Pierre Le Men, responsable du site, a commenté de manière alerte et passionnante la trentaine de panneaux et la maquette du château de Couy (Aisne), qui constituent cette exposition. Des panneaux qui permettent de découvrir une sélectiou des plus grands donjons francais, tels que Beaugency, Chinon, Étampes et bien d'autres.

Avec des informations précises, agrémentées de gravures, et de photos (anciennes ou actuelles), ils permettent d'apprécier à la fois la structure des sites présentés et l'évolution sur trios siècles de cette architecture singuliére. En outre; une partie de cette présentation est consacrée au vocabulaire de l'architecture médiévale, abordable tant par les plus férus en histoire que par les néophytes. Notons enfin à l'usage des touristes étrangers, l'heureuse présence d'une traduction en anglais et en allemand.

 

A « double vue »
L'ensemble iconographique s'ordonne autour d'un « noyau » remarquable par sa conception et par sa taille, à savoir la splendide maquette au 1/25e du plus important château fort jamais construit

en France: celui de Couy. Érigé entre 1223 et 1225, il résista à toutes les affres de l’Histoire, sauf à la Grande Guerre. Représentons-nous des fossés de 40 métres de large, un donjons sans toiture d'une hauteur de 44 métres (par comparaison, le château de Sully culmine  à 30 métres) pour un diamétre de 15 métres (celui de la tour de Sully étant de 11 métres). Monumental!

 

Bientôt aux USA

Cette maquette a 1'avantage d'être à « double vue » avec d'un côté le château assiégé par les Anglais lors de la guerre de Cent Ans, et de l'autre le donjon en coupe faisant découvrir la vie quotidienne d'une forteresse. 2000 figurines peintes à la main y côtoient des modéles réduits de machine de guerres prêtes à l'assaut, qui prennent rapidement vie dans l'imaginaire du visiteur. Celui-ci, grace â la minutie du détai, est vite plongé dans la réalité des combats, et les scénes sont si précises que l'on entendrait presque les cris des soldats, le.cliquetis des armes,.voire le hennissement des chevaux. Sans oublier le camp arriére, les soigneurs, le forgeron, le cuisinier, etc.

Aprés Sully cette exposition itinérante, qui a nécessité pas moins de cinq jous pour sa mise en place, partira aux États-Unis où, là  encore, elle en surprendra plus d'un.

Virginie Le Bret.

 

Dates et horaires

Exposition visible jusqu'au 30 novembre. Château outert
 tous les jours de 10 à 18 heures jusqu'au 30 septembre.

Et du mardi au dimanche de 10 heures à midi et de 14 à 77
heures du 1er octobre au 31 décembre.

 

 

Tarifs

5 € pour les adultes ;

3,5 € pour les 7 à 15 ans ;

gratuit pour les moins de 7 ans.

 

Renseignements

Télétphone : 02.38.36.36.86.

ou e-mail : château.sully@cg45.fr

 

 

 

Le château bénéficiera de nouveaux travaux

 

I'inauguration de l'exposition a permis à Jean-Noël Cardoux, conseiller général maire de Sully, de dresser un état des lieux de la politique menée par conseil général vis-à-vis des châteaux et de celui de Sully en particulier. Il estime que le mode de visite en usage depuis 50 ans est devenu obsolète, en indiquant qu'en dépit d'une moyenne de 60.000 visiteurs par an, qui plaçait Sully au second rang des lieux les plus visités du Loiret, devant Chamerolles, sa fréquentation était en baisse constante depuis quelques années:

 

« Pour pallier à la situation, il a fallu, selon lui, réviser la conception du site et son animation. S'agissant de la conteption, l'hiver 2004 a permis la réatisatian de travaux, peu parlants pour le public, mais nécessaires, de mise en conformite et de restauration de souténement de pieces ». Le conseil général avaitt d'ailleurs décidé de poursuivre ces travaux au cours des deux années à venir, avec la remise en état de l'aile droite du château détruite par l'incendie de 1917,qui permettra d'installer en son rez-de-chaussée, la boutique, et de disposer d'une nouvelle salle à l'étage

 

L'avant cour du château bénéficiera bientôt d'un réaménagement paysager.

L'expo a vu le jour grâce à l'association allemande GlB d'Aix-la-Chapelle, composée d'universitaires, historiens, architectes et dessinateurs industriels Ili ont étudié 120 donjons, corrigé des plans anciens et même établi de nouvelles esquisses!

Avant de réaliser la maquette, le comité scientifique de la GIB a fait des plans à partir de photos d'archives, dessins ou études.


Si le château reste une destination privilégiée, la fréquentation baisse.